fbpx
 

Conception d’une stratégie de communication narrative à la maison

C’est l’histoire d’un enfant qui veut conduire une fusée. Son père va déployer toute une stratégie de communication narrative pour freiner ses ardeurs. Lui préfère qu’il s’intéresse plutôt à une ballade à vélo au parc des Buttes-Chaumont. Il utilisera des notions d’UX.

C’est un exemple concret, pour comprendre les grandes étapes d’une stratégie de communication narrative guidée par le design thinking.

« Une data sans idée c’est comme un revolver sans cartouche » Jack!

Chacun connait Séguéla et ses formules chocs. Cette dernière est de lui et révèle aussi tout le désarroi du publiciste face à la monté en puissance des Gafa et de Facebook Ads.

Mais, Séguéla omet l’Ethos: la crédibilité de celui qui porte le message.

Avoir le Revolver chargé de Séguéla, dégainer, être prêt à tirer, puis  de se raviser au dernier moment. Pourtant ton arme est chargée. Et la cible innocente est là, immobile droit devant toi et moi.

Vivre ce moment est atroce. Je l’ai appris à mes dépends. Nous sommes mercredi après-midi à l’heure du goûter. Minimoy, mon enfant et associé est assis parterre, de l’autre côté de la table basse.

Minimoy n’aime pas vraiment pédaler. Il faut dire que pour lui, c’est très proche de ramer avec les pieds. Et je dois reconnaître que  » ramer », ça n’a jamais voulu dire « passer un super bon moment ».

Un jour pendant le repas de 4heure, il demande :

-Papa comment on conduit les fusées?

Évidement « papa », « conduit » et « fusée » dans la même phrase, ça fait palpiter un cœur.
Mais en bon pédagogue je me suis ressaisi. Et ai rapidement identifié l’opportunité de l’amener à s’intéresser à quelque chose que je peux lui proposer pour de vrai: une ballade en vélo. La ficelle est énorme, mais ça peut fonctionner. Rapidement j’imagine le plan machiavélique qui suit, pour gagner ce nouveau client.

Comment on conduit les fusées
Pour que mon plan aboutisse, il me fallait prendre quelques petites précautions. Comme par exemple, m’assurer que sa question est importante pour lui.  Car, son attention pour ma réponse, sera fonction de la quantité d’intérêt qu’il a pour la question qu’il vient de poser. Alors, je fais semblant d’être absorbé par autre chose, et lui demande avec nonchalance:

-Comment ? De quoi?

Il répète alors  en articulant :

– Comment on conduit les fusées ?

 

Il levait les yeux. Je baissai les miens. Et pendant cette éternité où nos regards se touchaient, j’aurais voulu être encore plus près de lui. De l’autre côté de ce qui nous séparait: une table basse Ikea. Ridiculus et trêve de sentimentalisme! Ce qui m’importait c’était conquérir le chaland. Et il venait de confirmer tout son intérêt, pour le sujet de départ. Je pouvais dérouler ma stratégie de communication narrative. Et ce plan mes amis! ce plan, n’a qu’un seul et unique but: ramener Minimoy dans mon univers pour qu’il aime ce que j’aime. Il n’y échappera pas. Personne n’en réchappe. Personne!

Mais le travail n’était pas achevé. Ce n’est pas tout d’avoir l’attention d’un auditoire, encore faut-il la maintenir.

Moi: [Silence de 3secondes]

Comme il est intéressé par le sujet, je sais qu’il m’écoutera avec attention. Son intérêt ainsi confirmé, je pouvais dérouler mon plan stratégique en lui tendant une première perche. Je lui répond alors

Moi: Et bien, un peu comme on conduit les avions.

Comment on conduit les avions

Je le regarde  mâchouiller lentement le morceau de Golden qu’il a dans sa joue. Il n’a aucune peine à s’engouffrer dans mon funnel de conversion. Comme ma première perche a appelé comme prévu, une nouvelle question, il demande alors amusé:

-Et comment on conduit les avions alors ?

Ce à quoi je répond non sans délectation:

– Hmm…Un peu comme on conduit les voitures.

Là, la machine s’emballe. Très concrètement, ma stratégie de communication narrative fonctionnait. Son air devint béat puis son œil plissa. Je l’intéressais vraiment. Un bref instant, j’ai même imaginé Séguéla me faire un clin d’œil à moi devenu le temps d’un repas, le maître de la communication stratégique et narrative. Lui l’élu au bras alourdi d’une Rolex et complètement soufflé par ma technique, le naturel avec lequel moi, pauvre gentil, je déroulais ce fil rouge vermeil. Je devrais dire ce fil rouge merveille. Bref je m’égarais, je m’emballais. Mais revenons à ma stratégie de communication narrative.

La stratégie de communication narrative

A ce stade du goûter, c’est à dire, à la moitié de son quartier de pomme, je m’étais assuré que :

  • Minimoy s’intéressait vraiment sujet : il veux vraiment comprendre comment on fait pour diriger un engin vers le ciel sans qu’il tombe.
  • Que j’avais toute son attention : j’étais à ses yeux, crédible sur la question des vaisseaux spatiaux
  • Et bien j mon message
  • Et puis lui laisser suggérer une activation. Dans mon cas, il est dans mon intérêt qu’il me suggère une petite ballade en vélo.

J’aime les plans qui se déroulent sans encombre. Et tout fonctionnait selon le plan. Minimoy ne pourra pas s’en sortir cette fois. Le parc des Buttes-Chaumont nous tendait déjà les bras.

 

Délivrer le message de la campagne

Je devinais déjà sa 3ème question. Alors qu’il s’apprête à la poser, mes oreilles sont tendues vers lui, comme un calice prêt à recevoir de l’eau de roche, en pleine canicule estivale: j’ai hâte. Je suis prêt.

Il croque dans son fromage de chèvre, mâche lentement puis lève de nouveau la tête. Ses yeux sont dans les miens. Ses tempes dansent au rythme de ses prémolaires. Lentement.

Dans ma bouche, je prépare déjà l’estocade finale qui le renverrait lui et ses questions existentielles, à la selle de sa bicyclette rouge. Et à des leçons quotidiennes aussi. Qu’il vienne! Je l’attend!

Alors mon petit reprit de sa petite voix enjouée:

-Papa, comment on conduit les voitures alors?

Dans ma tête: 😈🤩Campagne!!!..pardon. Champagne!!!

Mais en surface: 🤔🧐 hmmm….(je faisais mine de vraiment réfléchir).

Ma joie n’a pourtant duré qu’un moment. Tu te doutes.

Je suis un homme mais j’ai des failures
J’allais pour lui lancer ma Punchline quand une voix dans ma tête claironna:

<< Mais qu’est-ce que tu racontes!? tu ne sais pas conduire ma gueule! >>

Arrêté net dans mon élan, j’ai sobrement rengainé mon pistolet de Séguéla et répondu:

– Je t’expliquerai une autre fois.

Lui: Mais comm…

Moi: Shut….! Fini ton dessert, papa doit préparer les ateliers comme à la maison